Votre souche de Kombucha presente des signes de maladies ?

kombucha-malade

 Comment savoir si son Kombucha est malade ?

 

kombucha malade
Un kombucha qui présente des moisissures est malade et peut en mourir

Faire son Kombucha soit-même est une louable occupation. D’autant plus qu’il se fait tout seul, vous ne pouvez pas vraiment faire plus simple, n’est-ce pas ? Seulement votre souche de kombucha est également un être vivant. C’est un agglomérat de nombreux ferments et micro-organismes. Et comme tout ce qui est vivant, votre souche de Kombucha peut aussi tomber malade. Dans ce cas là, votre champignon de kombucha va changer d’apparence et les boissons qui en résulteront auront un goût assez mauvais, et pourra même être toxique dans certains cas. C’est pourquoi il est préférable de savoir à quoi s’en tenir et que nous allons aborder le sujet en détail dans les paragraphes qui vont suivre.

Conseil : Veillez à ne jamais plus utiliser ou boire le liquide mère du Kombucha malade. Ce dernier est contaminé et contaminera toute autre souche de kombucha saine.

Les règles de base pour reussir son Kombucha

En plus de suivre scrupuleusement la recette pour faire du kombucha  il est aussi fortement recommandé de suivre des règles simples afin de favoriser votre fermentation. Votre souche est fragile et sensible et il préférable d’obtenir un environnement convenable.

Les feuilles de thé sélectionnées : A Kombuchakefir, nous recommandons bien entendu de choisir un thé bio. Le type de thé (vert, blanc, rouge ou noir) n’a que peu d’importance, tout dépendra de vos préférences. Mais nous insistons sur la nécessité de sélectionner du thé bio afin d’obtenir un résultat optimal, surtout si vous êtes un débutant. Si vous voulez un thé parfait pour faire votre Kombucha, nous proposons même une sélection de thé bio qui se marient parfaitement à votre thé de kombucha.

Le sucre : Du sucre blanc ou roux, mais de préférence bio. Le bio est vraiment important, votre champignon est fragile et n’importe quel type d’impureté peut avoir une incidence sur votre souche. N’hésitez absolument pas à en mettre une bonne quantité, le sucre est après tout à la base de la fermentation du thé de kombucha. Et n’ayez pas peur, votre champignon va ‘consommer’ votre sucre pour le transformer en enzyme probiotiques et en alcool (très léger).

Le taux d’acidité : Souvent, les personnes qui ont quelques problèmes avec leur kombucha nous rapportent qu’ils voient des moisissures se développer, c’est souvent le résultat d’un manque d’acidité de votre solution. C’est d’ailleurs cette même acidité qui va favoriser l’accroissement des bonnes levures qui sont la base de tous les bienfaits du thé de kombucha. C’est pourquoi il est généralement conseillé de toujours commencer vos préparations avec une quantité minimale de thé de kombucha afin de faciliter la prise. C’est pourquoi toutes vos commandes se présentent sous la forme d’une souche de kombucha accompagné d’une petite quantité de thé de Kombucha dans un sachet hermétiquement fermé.

La température : Cela est rappelé dans la recette mais peut-être faut-il également un peu insister sur ce point. La fermentation du thé de Kombucha est fortement influencée par la température ambiante de la pièce dans laquelle vous allez entreposer votre souche.  Non pas que votre fermentation va échouer si la température n’est pas de 30°C mais elle en sera légèrement altérée ou prendre plus de temps. Si par exemple vous voulez stopper la fermentation, rien de plus simple, mettez votre thé et votre souche au frigo (même si cela peut avoir comme incidence de produire certaines mauvaises bactéries). Si vous voulez réussir votre fermentation, il vous faudra placer votre bocal dans un endroit ou règne une température avoisinant les 25°C-26°C. Ne vous y trompez pas, la température est un facteur réellement important si vous voulez réussir votre thé de kombucha.

Tout ce qu’il y a autour de lui : Cela ne veut pas dire grand chose. Mais si vous deviez suivre nos conseils. Je vous dirai donc de respecter les règles suivantes :

      1. Cultiver votre thé de kombucha dans un bocal en plastique ou en verre, mais jamais de métal. Le métal a des effets très néfaste sur votre souche.
      2. Gardez-le à l’écart des fumées ou des odeurs en tout genre.
      3. Gardez-le de préférence dans l’obscurité.
      4. Un conseil souvent peu suivi, ne fermez pas hermétiquement votre thé de Kombucha si voulez qu’il fermentent normalement (vous pourrez vous le permettre plus tard et uniquement si vous savez ce que vous faites).

Comment sauver mon pauvre kombucha ?

La solution miracle n’existe malheureusement pas encore. Il y a bien des ‘trucs’ que nous pouvons cependant vous conseiller, certains sont simples et d’autres sont un peu plus compliqués et à réserver à ceux possédant un niveau avancé :

Découpez votre souche originelle en plusieurs lamelles distinctes

Faire des petits : Vous connaissez le Backups en informatique ? C’est le procédé qui veut que vous fassiez des copies de sauvegarde. Et bien c’est un peu pareil. Votre champignon de kombucha à la particularité de se reproduire constamment, profitez en ! Par exemple, lorsque vous lavez votre souche de kombucha, n’hésitez pas à le découper en deux quand il commence à devenir épais afin de pouvoir faire deux batch en même temps. Comme cela, si l’un d’entre eux tombe malade, vous en aurez toujours un sain avec lequel relancer la fermentation de votre boisson. Ce n’est pas vraiment un moyen de sauver votre souche, mais c’est le moyen le plus simple de toujours se prémunir contre la maladie d’une de vos souches. Et surtout, n’oubliez pas de ne jamais mélanger les liquides mères de vos différents champignons de kombucha, afin de limiter les risques d’infection.

Nettoyage et séparation : Pour une raison ou pour une autre, vous êtes déterminé à sauver votre kombucha. C’est votre première souche et c’est une question sentimentale ou c’est tout simplement votre dernière et vous refuser de la laisser tomber. Alors il vous faudra l’âme d’un chirurgien car vous allez devoir user du scalpel (c’est une image, pas de contact avec du métal). Commencez par trancher dans le vif et séparer une lamelle de kombucha saine de la partie infectée. Nettoyez la vigoureusement avec du vinaigre de cidre et relancer une nouvelle culture dans la foulée. Cette culture peut-être la recette normal mais pour plus d’assurance, vous pouvez vous permettre de rajouter un peu plus de sucre et de thé que d’habitude. Et n’hésitez pas non plus à mettre votre bocal dans un endroit bien chaud. Si votre souche ne présente plus aucune moisissure au bout de deux semaines, alors sortez la de son liquide (que vous jetterez) et recommencez une nouvelle culture. Si elle présente effectivement de nouvelles moisissures, alors il faudra la jeter.

Note pour la fin

Soigner une souche de kombucha est donc une occupation assez aléatoire et assez peu pratique. A kombuchakefir, nous conseillons assez généralement de se débarrasser de sa souche si jamais cette dernière produisait de la moisissure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>